IMG_6930_edited.jpg

L'Attirail

A partir de matériaux simples (fils de fer, bouts de bois, ressorts, ballons de baudruche, papiers, sacs plastiques...) de mécanismes et de lois physiques (poids, équilibre, ombre et lumière, souffle d'air...) un spectacle se crée sous nos yeux.
A la manière de Calder et de son fameux cirque, il s'agit de fabriquer, de faire "en direct"... Lier le cirque à la construction, cela permet de toucher à la notion d'exploit, de peur, d'émotion ressentie au cirque à travers une succession de bidouilles et de bricoles. A la fois manipulateur, Mr Loyal, acrobate et constructeur, un seul en piste où le Grand spectacle se joue en catimini sous nos yeux.
Tout en suggestions, sans pour autant retranscrire à la lettre les codes du cirque traditionnel, avec cette capacité de l'enfance à imaginer, à se prendre au jeu, on pourra donc y voir une troupe d'acrobates, un véritable numéro de trapèze volant,

le plus fort jongleur du monde...
Le travail sera accès sur la manipulation d'objets, le rythme et les effets, le jonglage et la présence de la roue Cyr.
Un spectacle en solo pour un public familial et en versions scolaires pour les maternelles et les 6- 10 ans.

 

Durée : 45 minutes

De et par Tanguy Simonneaux
Regard extérieur : Domingos Lecomte

 
ATITI.jpg

D'un coup de manivelle, on enclenche le mécanisme.

Le chapiteau s'ouvre sous nos yeux et l'on joue à jouer.

                 On transforme, on imagine, on dirait que...

Cette simplicité avec laquelle les enfants transcendent le quotidien, ce besoin de jouer, d'aller ailleurs, de voir plus loin, d'imaginer, de changer les règles.

                 On dirait que...                                            

En toute simplicité, on glisse de l’ordinaire vers l’extra-ordinaire. Il y a un monde qui se construit à partir de bouts de ficelle, de papiers, de ressorts, de trois fois rien. Juste :

                  On dirait que...                                             

C'est rempli de mécanismes, de contre-poids, de constructions, de balanciers, de lois physiques des plus anciennes... Juste :

                  On dirait que... le spectacle commence.     

Évidemment sont passés par-là une multitude de poètes, de chercheurs, d'artistes en tous genres, c'est - pour moi - une manière de leur rendre hommage, mais, aussi de défendre et d'affirmer que l'on peut – chacun - imaginer, rêver et faire.

                                          Tanguy Simonneaux